L\'Association EL BASMA des Arts Plastiques -Sidi Bel Abbès-Algérie

L\'Association EL BASMA des Arts Plastiques -Sidi Bel Abbès-Algérie

Seddik Mahi Meslem comedien et conteur

Le hakawati des Beni Amer
Né en 1960 à sidi bel abbes algérie. entre l'affection et la colère, l'enfance et l'adolescence sur les bords de la mékerra et au pied de téssala le mènent d'abord aux planche du théâtre avant de se retrouver sur les routes tel les anciens troubadours a rapporté les contes et légende de sa Terre natal et des peuples du monde.il a déjà traduit deux contes de Daniel Leduc pierre de lune; illustration Ed. lekton ,conte des 4 vents et l'homme qui regardait la nuit, la legende des mondes , Aujourd'hui comme hier, il'écoute, il transcrit et il restitue la memoire.

Avant d'opter pour le conte, Mahi de son vrai nom Meslem Seddik, s'est initié au théâtre dès son jeune âge.
En 1975, il intégra la troupe du Théâtre des quatre saisons de Sidi-Bel-Abbès où il fut distribué dans cinq pièces jusqu'en 1980. C'est dans le théâtre engagé qu'il fit le dur apprentissage de la scène. Fort de cet acquis, il intégra la troupe Debza d'Alger (1981-1983) qui produisit alors deux pièces de théâtre entre des tours de chants retentissants. De retour à Sidi-Bel- Abbès, Mahi fut animateur du ciné-club de la ville de 1984 à 1991. Sa reconversion à l'image fut avec bonheur puisqu'il assista le réalisateur Belkacem Hadjadj pour un documentaire de 52 mn, intitulé Femme taxi, une production RTBF qui rafla de nombreux prix. Il assista aussi le réalisateur de la pièce de théâtre L'épopée du prisonnier 7046 et monta en solo Maâza oua l'kanoun. Auteur prolifique, Mahi s'essaya à tous les genres. Une adaptation-traduction des poèmes de Bachir Hadj Ali, des œuvre et contes de Mouloud Mammeri, une autre de Abdelkader Alloula et des traductions de contes, telles La pierre de lune, La clef du bonheur, Contes des quatre vents, Le miroir de l'eau... Initié à l'écriture du conte et à l'art du racontage, il en fait un métier et fonde, à Sidi- Bel-Abbès, la troupe Conte- Machahou en hommage à Mouloud Mammeri. Mahi secondé par le violon de Hamid Djilli, son comparse, emprunte la verve du goual des Béni-Amer et du berrah pour raconter à un public de 7 à 77 ans des histoires fantastiques, un monde fabuleux, dans la pure tradition de notre oralité. Servi par une sobre gestuelle et une voix chaude, Mahi comédien-conteur a déjà conquis un nombreux public.

//meslem.unblog.fr/

 

//www.dailymotion.com/video/x7v67c_meslem-seddik-conteur



07/11/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi